Location entre particuliers : 3 zones de danger !

Retourner au sommaire

Publié par Wizi le 19/04/2022, modifié le 26/04/2022.

On considère que 2/3 des logements du parc locatif privé sont loués entre particuliers, c’est-à-dire sans l’intermédiation d’un professionnel de l’immobilier.

La motivation principale évoquée par ces propriétaires bailleurs est d’ordre financier : pas de frais d’agence pour installer un nouveau locataire, pas d’honoraires d’agence pour gérer la location. Mais louer par soi-même n’est pas une sinécure et les économies espérées fondent rapidement au moindre incident, sans que l’on puisse systématiquement invoquer la malchance car les zones de danger de la location entre particuliers sont parfaitement connues.

Mauvais choix de locataire

Tout d’abord, dans le processus de location, s’il est une décision qui orientera la manière dont se déroulera la location du bien c’est bien la sélection du locataire.

Car il ne fait aucun doute qu’un choix précipité est à l’origine de bien des déboires. Pourtant les précautions à prendre sont assez classiques : examen attentif du dossier du locataire, vérification des documents si possible, recoupement des informations figurant sur les différents documents, prise de contact avec l’employeur et le bailleur actuel, …

Mais la méconnaissance, la lassitude parfois et souvent le manque de temps incitent à précipiter le choix du locataire … tout en croisant les doigts !

Bail, état des lieux, … non conformes

Peu de domaines sont aussi réglementés et par conséquent à aussi forte composante administrative que la location d’un logement. Les documents à produire depuis l’installation du locataire jusqu’à son départ doivent donc être conformes aux différentes législations que le monde de la location immobilière « subit » régulièrement.

Car un document non conforme n’est pas anodin.

Combien de propriétaires ne se sont-ils pas retrouvés en difficulté devant un locataire contestant (à raison !) la validité d’un bail signé mais comportant des clauses inexactes ou abusives ? Combien ont regretté avoir omis, par exemple, d’y insérer une clause de révision annuelle des loyers permettant de réévaluer annuellement le loyer ?

Nombre de litiges trouvent également leur origine dans un état des lieux incomplet, superficiel, et qui repousse à plus tard les discussions sur l’état du bien et donc les possibles frictions. Pire, que dire d’un état des lieux non signé par les deux parties et donc sans valeur juridique ? Et pire encore, comment gérer un état des lieux de sortie non réalisé, à la suite duquel la jurisprudence considérera que le logement a donc été restitué en bon état ?

Retards de paiements, paiements partiels, impayés

Mais, de tous les dangers qu’affrontent les propriétaires bailleurs, ce sont bien les risques d’incidents de paiement qui tiennent le haut du pavé. Car rentrer dans un tel cycle c’est débuter un parcours qui peut durer des mois et des mois avant de revenir à une situation saine mais, malheureusement très souvent, après y avoir laissé bien des plumes !

Et quand bien même ce risque ne représenterait qu’environ 2% des cas, il entraine de telles conséquences financières et personnelles qu’on ne peut alors que regretter de ne pas s’en être protégé auparavant.

Mais louer entre particuliers ne signifie pas « louer seul » !

Fort heureusement bien des outils existent qui permettent d’éviter ces « pièges », même quand on souhaite louer entre particuliers. Entre outils de vérification de documents mis à disposition par l’administration fiscale, services de contrôle de dossiers locataires, formulaires papier ou générateurs de bail et d’états des lieux, sécurisation du revenu locatif par garant physique, institutionnel, bancaire ou privé, mais aussi par une assurance type GLI (Garantie des Loyers Impayés) on peut affirmer que les moyens existent pour « déminer » le processus de location.

Bien évidemment il est illusoire de pouvoir disposer de tous ces outils et services disparates sans contrepartie financière (et sans déboires !) mais aussi sans l’investissement en temps nécessaire pour se constituer et apprivoiser sa propre « boîte à outil ».

C’est pourquoi Wizi a dématérialisé toutes les étapes du processus de location entre particuliers pour le simplifier, le sécuriser et enfin apporter plus de sérénité aux propriétaires bailleurs.

Retourner au sommaire